Quand Business, famille et pouvoir politique se mêlent : le dilemme du 45ème président des USA

Hier le 30 novembre, Donald Trump a considéré nécessaire de poster des tweets en rapport avec sa double casquette d’homme d’affaire et de président élu des USA.
En effet, sa situation ne cesse de soulever des questions quant au conflit d’intérêts potentiel entre son business immense estimé à plusieurs milliards de dollars et la manière dont il compte générer le pays le plus puissant du monde.
De ce fait, le républicain a indiqué que dans deux semaines (le 15 décembre prochain), une conférence de presse aura lieu à New York, en présence de ses enfants, afin d’expliquer la procédure via laquelle le milliardaire compte, le temps de sa présidence, éviter tout amalgame entre affaires et responsabilité politique.
Dans le même contexte, Trump a déclaré sur son compte twitter : « je sens que c’est important de n’avoir aucun conflit d’intérêt avec mes diverses affaires en tant que président ». Il a aussi souligné que « par conséquent, des documents légaux sont en cours de rédaction qui font que je me retire totalement des opérations de gestion des affaires. La présidence est une tâche bien plus importante ! ».
Il est possible que Trump lègue le pouvoir de décision concernant ses affaires à ses enfants, comme il l’a suggérait en début de la course pour la présidence en juillet 2015. Toutefois, cette option ne réglera point dilemme puisque ses enfants sont devenus ses plus proches conseillers politiques et font partie de son équipe de transition.
Leurs activités politiques récentes ont révélé l’influence qu’ils ont sur la politique de leur père. A titre d’exemple, ils discutaient avec le PM japonais et Ivanka a déjà appelé par téléphone le président argentin. A Buenos Aires, un journaliste de renommée a dévoilé que Trump a demandé l’autorisation pour construire un immeuble, et cela au président en personne. Dans une autre affaire, il a avoué avoir incité Nigel Farage, ex-leader de l’UKIP (Parti pour l’Indépendance du Royaume-Uni) à s’opposer à un projet de ferme éolienne pour protéger ses terrains de golf en Ecosse.
Selon les juristes et conseillers en éthique de Bush et d’Obama, léguer le pouvoir ne met pas fin au rapport étroit entre père et fils et Trump devrait plutôt cesser de les avoir autour de lui comme conseillers et ne pas évoquer les affaires avec eux. Les juristes ont expliqué que la seule solution possible est de vendre tous ses actifs et placer dans un « blind trust » ses biens qui seront administrés par un tiers indépendant, comme l’on fait ses prédécesseurs. Un sénateur démocrate a annoncé qu’il rédige un rapport complet pour obliger Trump à se séparer de son empire. Ce point pourrait constituer une carte de pression entre les mains des démocrates.
Lire aussiRached Ghannouchi félicite Trump pour son élection comme 45ème président des Etats-Unis
Ooredoo Business lance sa tournée des régions avec le « Ooredoo Business Tour »
Les nouveaux packs Business Addict d’Ooredoo Business : une solution complète pour les entreprises
Le dilemme d’Angelina Jolie
Classement Fifa : La Tunisie 45éme et continue sa progression

l’article apparu sur Tunisie Numerique

original article sur Tunisie Numerique

Articles similaires