Leçon inaugurale à l’Académie du Leadership Féminin Africain: Mimi Touré titille le Premier Président de la Cour des Comptes sur la présence de zéro femme magistrat dans son institution.

L’ancien premier ministre Mimi Touré a donné, ce 25 septembre 2017 le premier cours inaugural du Women Leadership Academy tenu à Dakar sur le thème : «Leadership Féminin pour Le Développement Socio-Politique et Economique des des Femmes d’Ici et d’ Ailleurs ». Cette rencontre réunissant des jeunes femmes leaders venues des quatre coins du continent a été présidée par Mme Mbah Acha Rose Fomundam, Ministre camerounaise en charge du Contrôle de l’Etat et Secrétaire Général de l’Académie du Leadership Feminin Africain.La rencontre avait pour parrain le Premier Président de la Cour des comptes du Sénégal. Dans son allocution, Mimi Touré a souligné le rôle important du leadership féminin dans le développement économique et social du continent. Dans un monde de compétition dira-t-elle, les nations qui ne tireront pas avantage du potentiel de plus de la moitié de leur population, à savoir les femmes, seront condamnés à rester à la traine. Selon elle, diverses recherches montrent que d’une manière générale, les pays où les indicateurs concernant les femmes et les filles sont les meilleurs sont ceux qui ont les meilleures performances économiques et sociales.Occasion ne pouvait mieux se présenter pour que Mimi Touré sur une pointe d’humour caustique relève « la présence de zéro femme parmi les magistrats de la Cour des comptes du Sénégal. Ce qui semble en déphasage avec les avancées en matière de parité qui font la fierté du Sénégal » et Mimi Touré de poursuivre « Mr le Premier Président, la première recommandation de ma leçon inaugurale au parrain que vous êtes est de veiller à corriger cet état de fait anachronique ». En beau joueur, le Premier Président de la Cour des Comptes, Mamadou Hady Sarr a promis de mieux faire lors du prochain recrutement. Partageant sa propre expérience, Mimi Touré a appelé les femmes et particulièrement les jeunes femmes à faire preuve d’endurance et d’abnégation et à developper l’esprit de compétition. Selon elle, « Les femmes ne doivent developper aucun complexe à être ambitieuses, loin d’être un défaut c’est plutôt une qualité, les femmes doivent avoir la prétention légitime à exercer un leadership transformationnel et juste qui met en avant l’intérêt général et la prise en compte de toutes les couches, notamment les plus défavorisées ».Mimi Touré a invité les femmes à se lancer en politique car c’est le seul moyen selon elle d’accéder aux instances de décision donc de transformation de la société. L’ancien premier ministre leur recommande de bâtir des partenariats stratégiques gagnants-gagnants avec les jeunes car les femmes et les jeunes forment plus de 70% des électeurs et ces deux groupes aspirent au changement, à une meilleure répartition des ressources et à une meilleure représentativité dans les instances de décision. Elle conclura sur la nécessité pour les femmes leaders africaines de prendre en charge pour le compte de leurs soeurs défavorisées des zones rurales les questions de développement qui doivent être reléguées au siècle dernier comme la mortalité maternelle, le mariage des fillettes et la pénibilité des travaux domestiques.

Autres articles

l’article apparu sur Dakar Actu

original article sur dakar Actu