CENTRALE SOLAIRE DE MALICOUNDA : Chemtech Solar a t-elle mené Macky Sall en bateau?

Le Président Macky Sall doit vraiment surveiller ses arrières en matière d’investissement, car  du fait de son ambition affichée de faire bénéficier le Sénégal des avantages de l’énergie solaire, il pourrait être abusé par des promoteurs dont les pratiques sont aux antipodes de l’esprit du PSE. Et le projet solaire de Malicounda semble s’orienter dans cette direction, puisqu’il démarre avec un parfum de scandale. Attendu pour fournir 20 Mw avec 11 Mw dans la première phase, le projet solaire fournit à peine 4 Mw un mois après son lancement. Les panneaux solaires installés à Malicounda ne seraient pas adaptés, pire seraient du toc. Cette surprenante révélation que nous tenons d’un spécialiste chevronné du solaire nous a incité à mener une enquête qui nous a permis de relever des dysfonctionnements incroyables sur l’un des grands projets du Président Macky Sall. Certains nous accuseront d’être des oiseaux de mauvaise augure, mais comme nous l’avions fait sur les affaires Bictogo, Dirty diesel, la dette fiscale de l’Assemblée Nationale entre autres, nous livrerons toute information utile pour les sénégalais. De quoi s’agit-il en l’espèce? L’on se rappelle de l’inauguration en grandes pompes le 3 novembre dernier de la centrale solaire de Malicounda par le Chef de l’Etat et chantre du PSE. Annoncé comme un projet novateur, mené dans les règles de l’art, la centrale mise en service par la société italienne Chemtech risque de causer des maux de tête au pouvoir dans les semaines et mois à venir. Derrière l’actionnariat et le coût réel du projet se cache une réalité peu reluisante. Comme annoncé dans le document remis à la presse, « La centrale solaire photovoltaïque de Malicounda, d’une capacité de 22 MW est le fruit d’un contrat de concession de 25 ans, conclu entre la Senelec et Chemtech, une société italienne. D’un coût  de 22 milliards de FCFA francs, la nouvelle centrale solaire constituée de 86 000 panneaux solaires a été construite sur une superficie de 100 ha. » Premier problème : des spécialistes au fait du solaire ont confié à Dakaractu que le coût réel du projet tournerait autour de 10 milliards, compte tenu du coût de revient sur le marché chinois. Au maximum, le montant facturé au Sénégal ne saurait excéder 13 milliards (norme européenne des 22 MW). La Senelec quant à elle, a déboursé 17 milliards sur les 22 annoncés. Pourquoi payer presque 10 milliards de plus aux Italiens? Première anomalie, première question légitime. Sur un autre plan, les Italiens et leur bras technique chinois Risen Energy ont apparemment berné la Senelec. Les techniciens spécialistes du solaire nous ont indiqué le choix discutable de la norme des panneaux photovoltaïques. Là ou on devrait mettre des panneaux monocristallines adaptés à notre environnement solaire, on a mis des polycristallines. Deuxième anomalie, deuxième question. Pour couronner ce scandale en vue et désillusion pour Macky Sall, les associés du projet sont en train de s’entre déchirer pour le contrôle de la société créée pour gérer le projet au Sénégal. Dans le document rendu public le 3 novembre par les dirigeants,  il est mentionné « A propos de Solaria Kima, l’entreprise Chemtech Solar Sarl, société italienne a acquis des actions de la société Solaria Kima Afrique et Associés SARL (une société sénégalaise). La capitalisation de ses actions, les apports en fonds propres et en technologie, ont permis de faire aboutir le projet du Groupe Solaria SA.  Le projet a bénéficié de l’appui technique des compagnies chinoises telles que Risen Energy (Panneaux photovoltaïques) et Huawei (Onduleurs) du fait de leur partenariat avec la société Chemtech Solar. La Municipalité de Malicounda détient 5% des actions de Groupe Solaria SA et le Maire est le Président du Conseil d’Administration. » Ce montage relativement compliqué a finalement explosé et les italiens veulent pousser leurs associés sénégalais à la porte pour contrôler à 100% la société. Si deux sénégalais sur les quatre associés ont accepté de céder leurs parts, les deux autres compatriotes ont refusé. Résultat des courses, avant même de commencer, le projet de la centrale solaire de Malicounda s’enlise dans une nébuleuse qui n’a pas encore révélé tous ses secrets…

Autres articles

l’article apparu sur Dakar Actu

original article sur dakar Actu

Articles similaires