Ross Béthio : création d’un comité de suivi et de gestion des risques d’un programme de financement agricole

Ross Béthio (Dagana), 1er déc (APS) – Le Fonds de garantie des investissements prioritaires (FONGIP) a mis en place jeudi à Ross Béthio (nord), un comité de suivi et de gestion des risques d’un programme de financement d’exploitations agricoles appartenant à des jeunes de cette localité du département de Dagana, a constaté l’APS.Cette structure créée en collaboration avec l’Union financière mutualiste de Louga (UFM) porte dans un premier temps sur un financement de 162 millions de francs CFA acquis par un groupe de jeunes entrepreneurs agricoles, a appris l’APS lors de cette cérémonie tenue à Ross Béthio.

Au total, 510 emplois directs ont été déjà créés grâce à ce projet qui a démarré avec l’exploitation d’une cinquantaine d’hectares. Une production de 6000 tonnes de riz est attendue avec l’extension de ce périmètre sur une cinquantaine d’autres hectares, selon les initiateurs.

A terme, ce sont 650 autres hectares qui seront aménagés avec l’appui du FONGIP et d’autres structures techniques étatiques, notamment la SAED (Société d’aménagement et d’exploitation des terres du delta du fleuve Sénégal), selon Doudou Kâ, administrateur du FONGIP.

« Le projet met concrètement en œuvre cette vision de partenariat public privé. Tous les éléments de cette vision de transformation de notre agriculture en matière de modernisation et de financement innovant y sont réunis », a-t-il déclaré à des journalistes à l’issue d’une visite sur lesdites exploitations.

« C’est un projet qui concerne des jeunes entrepreneurs agricoles, un projet référence pour l’important programme d’autosuffisance en riz lancé par le président de la République », a-t-il fait valoir

« Nous avons initié ce programme structurant et innovant dans le cadre de l’extension de nos activités dans la vallée du fleuve Sénégal, à la suite de l’élaboration d’une politique publique qui vise l’autosuffisance en riz dans notre pays », a pour sa part réagi Mansour Ndiaye, directeur de l’UFM de Louga.

« C’est un dispositif pertinent permettant aux institutions financières de disposer de ressources publiques qu’elles rétrocèdent aux producteurs à des taux d’intérêt acceptables », a-t-il souligné.

AKS/BK

l’article apparu sur agence de press Senegalaise

original article sur agence de press Senegalaise

Articles similaires