Leopoldo Dasilva répond à la Police sénégalaise : « Je suis le député qui défend les Sénégalais à Bissau »

Ziguinchor, 1er déc (APS) – Le député bissau-guinéen Leopoldo Dasilva, qui a eu un différend récemment avec la Police sénégalaise au poste de frontière de Mpack (sud), a déclaré regretter cette altercation, faisant part de son attachement aux Sénégalais vivant à Bissau dont il dit prendre la défense au parlement local. »La police a effectué un contrôle le 23 novembre dernier aux environs de 13 heures sur la personne de Léopoldo Dasilva qui se trouve être après vérification, un député bissau-guinéen en partance vers Ziguinchor (…)’’.

M. Dasilva voulait « intervenir en faveur d’un voyageur de nationalité mauritanienne en situation irrégulière (…) », est-il écrit dans un communiqué récemment publié par les services de la police sénégalaise.

« Je souffre d’un problème gastrique, un problème d’estomac, un diplomate sénégalais m’a conseillé d’aller me soigner auprès des militaires sénégalais au niveau de la frontière. Mais il m’a été demandé d’aller à l’hôpital régional de Ziguinchor pour faire une fibroscopie. Arrivé à la frontière avec mon passeport. Il y a un Mauritanien devant moi à qui l’on a demandé de payer 2000F pour passer. Il a exécuté », a pour sa relaté le parlementaire.

Ensuite, a-t-il poursuivi, « il y a un étudiant bissau-guinéen qui a refusé de payer de l’argent (1000FCFA), mettant en avant son statut d’étudiant avec sa carte d’étudiant ».

« Sur ces entrefaites, le policier m’a insulté et m’a traité de tous les noms d’oiseaux. J’ai répliqué (…), il m’a cogné contre le mur. D’autres policiers sont venus, au lieu d’arranger le problème ils m’ont attaqué. J’ai eu un déboitement au niveau de l’épaule gauche et des blessures au niveau de la main. Ils m’ont enfermé pendant six heures de temps dans leurs locaux », a poursuivi Leopoldo Dasilva.

Selon la version de la police sénégalaise, le député bissau-guinéen avait voulu « user de son statut pour arranger la situation (avec le Mauritanien) mais visiblement éméché, il s’en est violemment pris aux policiers qui ont fini d’user de techniques de neutralisation pour le maîtriser ».

Venu à Ziguinchor sur invitation du ministre sénégalais de l’Intégration africaine, du NEPAD et de la Promotion de la bonne gouvernance pour prendre part à un atelier de vulgarisation du schéma de libéralisation des échanges de la CEDEAO, Leopoldo Dasilva a fait prévaloir son « attachement » au Sénégal.

« J’ai ma famille au Sénégal. J’ai créé une association de lutte contre l’insécurité dans les zones frontalières. Je suis le seul député qui défend les Sénégalais au Parlement bissau-guinéen. Il y a quelques années des pêcheurs sénégalais ont été arrêtés à la frontière bissau-guinéenne, c’est moi qui suis intervenu pour leur libéralisation », a-t-il dit dans « un esprit d’apaisement ».

Il a demandé aux différentes associations qui voulaient organiser une marche ce jeudi pour le soutenir de surseoir à leur manifestation devant l’ambassade du Sénégal à Bissau.

« J’ai appelé les responsables d’associations pour annuler la marche. Cela pourrait dégénérer et ce n’est pas une bonne image pour les deux pays. Je suis connu des services diplomatiques sénégalais pour mes activités de paix, de lutte contre le terrorisme et contre le vol de bétail’ », a-t-il souligné.

« La Guinée Bissau ne cessera jamais de remercier le Sénégal notamment le président Macky Sall pour ses multiples efforts envers notre pays », a poursuivi le député bissau-guinéen.

l’article apparu sur agence de press Senegalaise

original article sur agence de press Senegalaise

Articles similaires