Le DG du CICES veut qu’un budget soit dégagé pour l’organisation de la FIDAK

Dakar, 2 déc (APS) – Le directeur du Centre international du commerce extérieur du Sénégal (CICES), Cheikh Ndiaye, invite les autorités à dégager un budget annuel dédié à la Foire internationale de Dakar (FIDAK) dont les frais d’organisation, de l’ordre de 600 millions de francs CFA, sont jusque-là à la charge de sa structure. »La mise en place de l’événement est très chère. Ça tourne autour de 500, 600 millions de francs CFA. Et le CICES n’est pas aidé, il ne reçoit aucune subvention pour faire la FIDAK », a-t-il dit dans un entretien avec l’APS.

Il a appelé les autorités en charge de ce secteur à remédier à cette situation en réservant un budget pour l’organisation de la FIDAK pour que les préparatifs de la Foire puissent se tenir dans des délais raisonnables afin que les exposants puissent disposer de leurs stands à temps.

Autrement, il revient au CICES « de faire de la gymnastique financière » en comptant sur l’apport de ses partenaires et sponsors pour tenir la FIDAK, a indiqué son directeur général.

« Et donc, vous voyez bien que tant bien que mal, souvent, on arrive à bout de la charge mais un peu tard, trois jours, quatre jours après l’événement », a-t-il souligné.

Selon Cheikh Ndiaye, « organiser un événement aussi lourd, sur le plan relationnel, marketing, sécuritaire, sans avoir reçu une quelconque aide, c’est difficile ». « C’est ce qui explique le retard de quelques jours au départ », a-t-il fait valoir.

Il a aussi fait savoir que la rénovation du pavillon vert du CICES, dévasté par un incendie l’année dernière, avait coûté 150 millions de francs CFA au CICES.

« Je peux aussi citer les coûts afférents à l’amélioration de la sonorisation, la gendarmerie et les pompiers ont augmenté leurs effectifs, nous avons aussi recruté une équipe de prévention incendie, une centaine de personnes pour dissuader les participants, etc. », a-t-il dit, soulignant que ces dépenses sont essentiellement liées à la sécurité.

Même avec ces charges supplémentaires, les prix des stands n’ont toutefois « pas augmenté contrairement à ce qui se dit ».

« Ce qui donne cette impression, c’est juste l’institutionnalisation de l’assurance. Dorénavant, chaque exposant se doit de trouver une assurance pour être admis à la foire », a-t-il relevé.

« Rien a été augmenté, c’est quarante mille francs le mètre carré de stand », a insisté le directeur général du CICES, selon qui l’augmentation du prix des tickets d’entrée (700 francs CFA) est dû aux efforts faits pour moderniser la billetterie.

l’article apparu sur agence de press Senegalaise

original article sur agence de press Senegalaise