La visite médicale est primordiale dans une entreprise (médecin)

Dakar, 1er dec (APS) – Le médecin-conseil de la Caisse de sécurité sociale, docteur Marième Babylas Ndiaye a souligné, jeudi à Dakar, que la visite médicale est « primordiale » dans un entreprise, déplorant que les agents de la Fonction publique ne la font pas.

« La visite médicale est primordiale dans une entreprise, mais les travailleurs de la Fonction publique, les premiers lésés, ne font pas de visites annuelles, ni de visites périodiques alors qu’il y a beaucoup de risques professionnels qui peuvent les atteindre au niveau de leurs différents postes », a relevé Dr Ndiaye.

Dr Marième Babylas Ndiaye présentait, à un atelier de concertation sur la gestion des départs à la retraite, une communication sur les « impacts médico-sociaux de la pénibilité au travail après 55 ans ». »Il est essentiel de promouvoir la santé et la sécurité au travail surtout pour les visites médicales, notamment les visites d’embauche, les visites annuelles et les visites périodiques afin d’assurer le suivi médical des travailleurs », a dit le médecin de travail, appelant à l’institution d’un carnet de santé pour le suivi de ces travailleurs.Devant les représentants des employeurs et de l’Etat, Dr Ndiaye a émis l’idée de « favoriser la création de services médicaux inter –entreprises c’est-à-dire un service médical reliant des entreprises avec la même activité ou plusieurs entreprises dans une même zone géographique ».

En outre, elle a fait un plaidoyer pour la prise en charge dans les mutuelles de santé des journaliers qui font un travail pénible.  

« Ils travaillent en itinérance sur des chantiers et ils n’ont aucun document qui prouve qu’ils ont travaillé comme maçon par exemple pendant plus de dix ans », a-t-elle souligné.

« S’ils avaient un livret, on pourrait faire leur suivi médical et rattacher leur pathologie à la profession qu’ils exercent comme journaliers durant de longues années », a-t-elle ajouté.

Le médecin conseil a par ailleurs recommandé la promotion de mutuelles de santé pour les travailleurs non permanents et fait un plaidoyer pour doter les journaliers d’une couverture médicale adéquate.

« A hôpital, ils (les journaliers) présentent des affections chroniques qui ne peuvent être prises en charge par la Caisse de sécurité sociale, on est obligé de leur adjoindre des secours », a-t-elle souligné.

Le Conseil national du Patronat (CNP) a initié une rencontre de concertation des employeurs sur la gestion des départs à la retraite des travailleurs dans les entreprises, notamment sur la revue des métiers jugés pénibles par les employeurs ne pouvant aller à 60 ans et la mise en place d’accords de branches ou sectoriels.

l’article apparu sur agence de press Senegalaise

original article sur agence de press Senegalaise

Articles similaires