FIDAK : Pour l’amélioration des relations entre PME et institutions financières

Dakar, 1er dec (APS) – Le chef de projet à la Direction de l’appui au secteur privé (DASP), Cheikh Goumbala a appelé, mercredi à Dakar, à la mise en place d’un programme susceptible d’améliorer les relations entre les petites et moyennes entreprises (PME) et les institutions financières. 

« Des limites sont notées dans le dispositif comme le cadre institutionnel des partenariats imparfaits ou des problématiques d’accès au foncier », a relevé M. Goumbala.Il intervenait lors d’un forum scientifique sur la promotion des partenariats publics privés pour un développement durable en Afrique de l’Ouest organisé à l’occasion de la 25ème édition de la foire internationale de Dakar (FIDAK).

Par rapport aux marchés publics, a estimé le chef de projet, il est possible pour les PME de se regrouper et que le secteur public national fédère ses forces face à la concurrence accrue des entreprises étrangères.

Pour sa part, le responsable du suivi-évaluation et des études de l’Agence de développement et d’encadrement des petites et moyennes entreprises (ADEPME), Ibra Mbaye a indiqué que « malgré les difficultés qu’elles rencontrent pour participer au projet des PPP, les PME peuvent de les remporter ».

« Les entreprises sénégalaises sont toujours confrontées à des contraintes pour leur participation aux PPP », a-t-il noté, faisant valoir des problèmes liés à la faible prise en compte de la dimension qualité, à l’insuffisance de la qualification de la main d’œuvre et au faible niveau d’organisation des entreprises. 

M. Mbaye a toutefois donné des recommandations susceptibles de régler ces problèmes notamment la poursuite de l’amélioration de l’environnement des affaires des PME, la mise en place d’une nouvelle loi sur la modernisation de l’économie et le développement des PME ainsi que de leur statut. 

« La force majeure d’une entreprise repose sur la qualité de ses ressources humaines », a affirmé le représentant à la compagnie sahélienne d’entreprises (CSE), Babacar Diop.

A l’en croire, la qualité des ressources humaines étant présente, il reste une volonté de la part des chefs d’entreprises pour changer les choses en vue de ranger les PME par secteurs d’activité. 

l’article apparu sur agence de press Senegalaise

original article sur agence de press Senegalaise

Articles similaires