Diouloulou réclame de l’électricité et des pistes rurales

Diouloulou (Bignona), 20 déc. (APS) – Des populations de neuf quartiers périphériques de Diouloulou ont marché, mardi, à travers les artères de cette commune située dans le département de Bignona et frontalière avec la Gambie, pour réclamer de l’électricité et des pistes de désenclavement, a constaté l’APS. 
Dès l’entrée de Diouloulou, au niveau du rond point, une foule nombreuse attire l’attention. Des jeunes, des enfants, des personnes âgées et des femmes, tenant pancartes et lampes à pétrole manifestent dans une ambiance bruyante mais pacifique.
 
Aux cris de « Nous voulons du courant », « Nous ne sommes plus au 20-ème siècle », les populations sont sorties nombreuses pour se faire entendre au cours d’une marche encadrée par la gendarmerie de la localité.
 
« Nous avons l’impression que Diouloulou est rayée de la carte du Sénégal. Nous sommes les grands oubliés du pays. L’électricité, les pistes d’accès et tant d’autres structures socio-économiques de base font défaut chez nous, accroissant l’insécurité et exposant des milliers de personnes », a alerté Fatou Sonko Diédhiou, mouchoir rouge autour de la tête pour se mettre à la couleur dominante dans la foule.
 
Après un tour d’horloge de marche, les populations ont remis à l’autorité administrative un mémorandum dans lequel elles ont consigné toutes les doléances. »Nous réclamons l’éclairage public sur les artères de la commune, l’accès à l’électricité dans les quartiers périphériques notamment Djibaly, Missirah, Doumossou, Plateau, Badioncoto, Aïnoumane, Santhiaba, Bikamanding 2″, a résumé Sékou Coly, coordonnateur de l’Association pour la défense des droits et des libertés (ADDL).
 
Devant l’adjoint au sous-préfet, M. Coly est revenu longuement sur les conséquences de l’absence d’électricité dans les quartiers périphériques. »Cela nous cause d’énormes soucis liés à la sécurité publique, à l’éducation de nos enfants et leur accès aux technologies de l’information, aux infrastructures routières pour lutter contre la pauvreté et pour l’accès facile aux structures de santé surtout pour les femmes en état de grossesse », a-t-il souligné.
 
« Soyez rassurés que ce mémorandum n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Il sera remis à qui de droit dans les meilleurs délais en vue de trouver des solutions aux problèmes posés », a assuré Leyti Diouf, l’adjoint au sous-préfet, se félicitant de cette « démarche citoyenne des personnes qui ont marché dans un esprit pacifique ».
 
Dans un élan de soutien au maire de la commune « qui ne ménage aucun effort à la recherche de solutions aux problèmes posés », les populations dénoncent les lenteurs dans les réalisations des objectifs « souvent annoncés et jamais réalisés ». »Cette manifestation n’est qu’un signal à l’endroit des autorités au plus haut niveau », ont averti les populations dans leur mémorandum.

l’article apparu sur agence de press Senegalaise

original article sur agence de press Senegalaise