Présidentielle Gabon : Et pourquoi pas des urnes estampillées «UE» ? – Gabonreview.com | Actualité du Gabon | 

Nombreux sont ceux qui souhaiteraient voir la Mission d’observation électorale de l’Union européenne aller au-delà de la simple observation du tout prochain scrutin présidentiel au Gabon. Ils pensent que des urnes estampillées «Union Européenne» seraient plus crédibles que celles de la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap). Il s’agit en fait d’une forme de contribution au débat sur la transparence électorale. © Gabonreview/123rf

La mission d’observation électorale de l’Union européenne a appelé l’ensemble des acteurs politiques du Gabon à «tout faire» pour «éviter tout acte de violence ou toute forme de provocation». Dans un communiqué publié le 28 juillet dernier, elle estime qu’«il en va de leur responsabilité commune». Sur le climat politique et, de manière générale, sur la situation sociale actuelle, la mission souligne que «les récents incidents (ceux du 9 juillet 2016 – ndlr) qui ont donné lieu à des actes de violence sont inquiétants». Elle émet le souhait que «la campagne électorale se fasse dans un environnement apaisé où les libertés fondamentales – liberté d’expression, d’association et de rassemblement – soient pleinement respectées». La mission appelle également les forces de sécurité «à agir avec retenue».
À la suite de cet appel, des leaders d’opinion, universitaires, avocats et journalistes, joints par la rédaction de Gabonreview, ont appelé la mission d’observation de Bruxelles à aller au-delà de la simple observation. Hervé Grupaune, universitaire, estime que «des urnes estampillées «Union Européenne» rendraient le scrutin et le dépouillement des votes crédible». Pour lui, «les urnes actuelles qui surgissent parfois de domiciles privés bourrés de bulletins de votes, et qui, même numérotés, ne sont parfois pas issues de bureaux de vote réels sont à retirer pour donner de la crédibilité au scrutin du 27 août». Selon un aitre universitaire, prénommé Anicet, «pour aller vers une transparence réelle, le gouvernement doit pouvoir solliciter de l’Union européenne que des urnes lui soient fournies, mais je doute que cela puisse venir d’eux, car quand un président sortant dit «je suis là, je resterai là», il est évident qu’il a déjà préparé ses résultats». Indiquant qu’il s’adresse directement au président de la République, un avocat au barreau du Gabon l’invite pour que sa victoire éventuelle ne soit contestée par personne à proposer que des urnes de l’Union Européenne servent au cours du scrutin à venir.
Ces avis sont partagés par d’autres groupes sociaux. Le rédacteur en chef du bimensuel La Nouvelle République se dit convaincu que «seules des urnes non estampillées «Cenap» amèneraient l’ensemble de nos compatriotes à accepter le verdict des urnes» lors de la prochaine présidentielle.
«Devant tant de tension liée à l’élection présidentielle prévue dans 26 jours, et pour annihiler tout suspicion autour des résultats, il apparaît impérieux de prendre des initiatives visant à rendre les résultats de cette consultation électorale acceptables par tous. Sinon, comme ceux de la présidentielle de 2009, les résultats de 2016 seraient, quels qu’ils soient, contestés», affirme un ancien représentant de la majorité à la Commission électorale nationale autonome et permanente.


L’article apparu dans GabonReview . cliquer sur le link suivant pour voir l’article Original


link de l’article original sur Gabonreview


Auteur : David Makoumba Dissumba