La faiblesse du dollar stoppe la chute des cours

Les cours pétroliers ont monté vendredi à l’aide d’un affaiblissement du dollar, interrompant de justesse une semaine de baisse continue face aux craintes renouvelées d’une surabondance persistante d’or noir dans le monde. Le cours du baril de référence (WTI), qui n’avait fait que baisser lors des six précédentes séances pour tomber au plus bas depuis trois mois, a repris 46 cents à 41,60 dollars sur le contrat pour livraison en septembre. «Le dollar baisse trop pour que les cours du pétrole puissent résister à la corrélation inverse entre les deux», a résumé Bob Yawger, de Mizuho Securities. Le billet vert, dont la faiblesse profite aux cours de l’or noir car ils sont libellés en monnaie américaine et en deviennent moins coûteux, pâtit d’un chiffre très décevant sur la croissance américaine trimestrielle, à seulement 1,2% du Produit intérieur brut (PIB) au deuxième trimestre. «Le marché du pétrole essaie une nouvelle fois de se ranimer à l’aide de la faiblesse du dollar, et cette fois cela semble fonctionner», a reconnu dans une note Matt Smith, de ClipperData, même s’il prévenait que, sur un autre plan, «cette grosse déception sur le PIB américain alimente les inquiétudes sur l’économie» et en conséquence pour la demande d’or noir. Au regard de sa chute des dernières séances, qui a fait perdre aux cours du WTI 20% de leur valeur par rapport à leur niveau de juin, le marché n’a enregistré qu’un rebond minime vendredi. «Il s’agit essentiellement d’un rebond technique qui était inévitable», a expliqué Christopher Dembik, analyste chez Saxo Bank. Mais «c’est un mouvement qui sera vraisemblablement éphémère puisque les fondamentaux du marché confirment encore le déséquilibre entre l’offre et la demande», même s’il se résorbe peu à peu, «et que les investisseurs commencent à s’inquiéter de l’évolution de la production pétrolière américaine», a-t-il prévenu. Alors que la production des Etats-Unis n’a quasiment fait que décliner au premier semestre, donnant une lueur d’espoir au marché, elle donne des signes de rebond depuis quelques semaines. De plus, le nombre de puits américains en activité a encore un peu augmenté cette semaine, de trois unités, selon le décompte du groupe privé Baker Hughes.  ‘);var a=navigator.userAgent.toLowerCase();var bce=areCookiesEnabled();var bc=0;var k={id: »noa_144533960117″,name: »noa_144533960117″,src: »http://www.noadirect.com/api/index.php/generer_tag/tag/144533960117/28″,width: »728″,height: »80″,frameBorder: »0″,scrolling: »no »,allowtransparency: »true »};var f=document.createElement(« iframe »);for(var i in k)f.setAttribute(i,k[i]);document.getElementById(« noaframe_144533960117 »).appendChild(f);})()’+’ipt>’);


L’article apparu dans le Matin du sahara Maroc. cliquer sur le link suivant pour voir l’article Original


link de l’article original sur Le Matin Maroc


Auteur :