Droit-de-réponse-du-ministère-des-transports-au-journal-«-le-canard-en-furie-»

Droit de réponse du ministère des transports au journal « le canard en furie »

Objet : L’article publié dans votre édition N° 01 du 28 novembre 2016 en pages Une et 3.
Nous avons lu, non sans quelques regrets, votre article publié dans l’édition susmentionnée et titré « Election de Moussa Mohamed à la Direction générale de l’ASECNA : Des centaines de millions pour un poste ».
Regrets de constater que vous vous êtes laissé emporter par votre gout du sensationnel au détriment du sens du professionnalisme qui voudrait que vous confrontiez d’abord vos sources.
Regrets de voir que des insinuations malsaines du genre « cette prouesse dont les dessous exhalent l’odeur de gros billets de banque » et d’autres rédigées dans le même style, n’ont pour objectifs que de jeter l’opprobre sur une élection qui honore notre pays et de mettre à mal des relations séculaires avec des pays amis. Ce faisant, j’ose espérer que vous avez conscience de la gravité des accusations de votre brûlot contre des Etats souverains dont vous serez amené à assumer les conséquences prochaines.
Regrets de devoir douter de votre sérieux dans le traitement de vos informations et du respect que vous vouez à vos lecteurs car c’est une unique pièce administrative qui vous a servi d’argumentaire pour écrire tout votre article. Vous n’avez pas procédé à la moindre vérification d’usage ou à une quelconque demande d’éclaircissements auprès des sources autorisées. Car en fait, comme nous pouvons l’imaginer, vous n’êtes guidés que par le souci du sensationnel qui vous fait oublier vos engagements d’intérêt public dans un but uniquement partisan.
Regrets que vous ne puissiez pas comprendre qu’il faut des moyens financiers pour soutenir une candidature à un poste électif international en vue de gérer des questions d’intendance et non pas pour acheter des consciences, comme le laisse supposer votre article. Tous les pays sérieux utilisent des moyens conséquents pour la promotion de leurs ressortissants candidats à des postes d’envergure.
L’équipe de campagne pour la candidature de Moussa Mohamed a sillonné près de 15 pays en Afrique de l’Ouest et Centrale, au Maghreb, en Europe et dans l’Océan Indien pour battre campagne et transmettre les messages de demande de soutien du Président de la République à ses homologues.
L’utilisation de ces ressources que vous brandissez comme un exemple de « gabegie », a servi à couvrir des dépenses inhérentes à ce genre de campagne (affrètement d’avion, intendance et communication).
A ce propos, l’histoire récente de notre pays peut attester des réussites mémorables et des échecs tus qu’il est inutile de rappeler ici pour l’instant.Le Monde entier a suivi la campagne auprès des pays membres de l’ASECNA. Tous les médias sérieux ont unanimement salué cette victoire. Plusieurs personnalités averties de par le Monde et au Niger se sont réjouies de l’élection de nos compatriotes à la Direction générale de l’ASECNA et au conseil de l’OACI.
Regrets que pour le besoin du travail d’intérêt public que vous êtes supposés faire, vous n’ayez pas pris le soin de nous contacter afin que nous vous apportions les éclaircissements nécessaires et même les pièces justificatives.Regrets de vous faire remarquer que la lettre, que vous publiez comme un scoop, n’est autre qu’une correspondance ordinaire, dénuée de tout caractère confidentiel, comme en témoigne sa nature et son circuit de transmission.
Regrets enfin de conclure que vos motivations soient apparemment à rechercher ailleurs !Heureux cependant, que l’histoire retiendra que le régime en place ait réussi des prouesses dans ce domaine que le Niger n’a pas connu depuis la 4e République, car comme l’a écrit Nicolas Poussin  » Ce qui vaut la peine d’être fait, vaut la peine d’être bien fait ».
Fait à Niamey, le 29 novembre 2016
À propos de l’Auteur
LE SECRETAIRE GENERAL DU MINISTERE DES TRANSPORTS Abdoulaye Alguima

l’article apparu en premier sur Tamtam website

original article sur Tamtam website

Articles similaires