Mauritanie: en attendant les retombées de l’exploitation pétrolière…

Dix ans après l’on est loin de l’objectif de 30 000 de barils par jour de production. La production a même reculé pour se stabiliser à 5128 barils/jour. Toutefois, la Mauritanie poursuit son projet de développement des hydrocarbures ; espérant devenir exportateur en 2020 , tout en essayant de diversifier ses ressources énergétiques. Car les mines sont restées non seulement le principal secteur d’exportation mais aussi le premier employeur national après l‘État. “Le climat d’investissement dans le secteur pétrolier en Mauritanie il est très bon d’après Ahmed Salem Ould Tekrour, directeur général des hydrocarbures (au Ministère du Pétrole de l’Energie et des Mines, NDLR ). Nous avons poursuit-il, pas mal de compagnies pétrolières qui investissent, qui dépensent dans l’exploration pétrolière, en réalisant des forages, ça veut dire que le climat des affaires dans le secteur pétrolier est très bon”.   L’Etat mauritanien a engrangé en juin dernier une somme de 4,26 millions de dollars de l’exploitation du pétrole. Mais le peuple ne semble pas ressentir les retombées de l’exploitation du pétrole.   “L’essence déclare Aminata Ly ( une citoyenne mauritanienne ) est un peu cher par rapport aux autres pays (…) Je vois que c’est un peu exagéré en Mauritanie par rapport à d’autres pays.” Malgré les assurances des autorités, le peuple semble s’impatienter.   Africanews

l’article apparu sur Noor info

original article sur noorinfo