Remise à Rabat du Grand prix national de la presse

Le jury de la 14ème édition du Grand Prix national de la presse (GPNP) a annoncé, mercredi soir à Rabat, les noms des lauréats de ses différentes catégories, lors d’une cérémonie en présence du Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane et de plusieurs ministres et personnalités du monde de la presse, de la culture et de la politique.
Les distinctions du Grand Prix, organisé à l’occasion de la célébration de la journée nationale de l’information sous les auspices du ministère de la communication, concernent neuf catégories, à savoir le prix de la télévision, le prix de la radio, le prix de la presse écrite, le prix de la presse électronique, le prix de l’agence de presse, le prix de la production journalistique amazighe, le prix de la production journalistique hassanie, le prix de la photographie, outre un prix honorifique en hommage à une personnalité du monde des médias ayant contribué à l’évolution du paysage médiatique national et à la consécration des nobles principes du métier.
Le prix honorifique de cette édition a été attribué aux journalistes Mohamed Lachhab et Mohamed Adib Slaoui.
Le prix de la télévision pour le film documentaire a été remporté ex-aequo par Adil Boukhima de 2M pour le documentaire « Syriens du Maroc » et Fatiha Krich de la chaîne Al Oula pour « Tafraout, perle de l’Atlas ».
Les journalistes de la Radio nationale, Adil Sanad et Farida Rahmani, se partagent le prix de la radio, tandis que Sanae El Kouiti, du journal Attajdid, a été récompensée dans la catégorie de la presse écrite pour son reportage « Dans la salle d’attente, des patients attendent une mort qui leur donne l’espoir de la vie ».
Dans la catégorie Agence de presse, le Grand Prix est revenu au journaliste Jaouad Touiouel de l’Agence Maghreb Arabe Presse (MAP) pour son reportage « Boubacar Sangho: de l’enfer de la guerre du nord du Mali à l’intégration souple au Maroc ».
Le prix de la production journalistique amazighe est revenu ex-aequo à Mohamed Jari de la Chaîne Amazighe et Najma Boubal, de la Radio Amazighe, tandis que le prix de la production journalistique hassanie a été décerné à El Hafid Mehdar, de la chaîne de Laayoune pour son émission « Carrefour des nomades : entre préservation de l’identité et la réalisation du développement ».
De son côté, Noureddine Belhoussin du journal Rissalat Al Oumma s’est vu attribuer le prix de la photo sur les actes de vandalisme dans les stades, alors que le prix de la presse électronique a récompensé Mohamed Erraji du portail Hespress.com.
Au total, le nombre de candidatures au titre la 14ème édition du Grand Prix national de la presse (GPNP) s’est élevé à 142, réparties entre 21 pour la catégorie de la télévision, 30 pour la radio, 15 pour l’agence, 38 pour la presse écrite, 16 pour la presse électronique, 13 pour la production journalistique amazighe, 8 pour la photo et une pour la production journalistique hassanie.
Dans une allocution à cette occasion, Benkirane a souligné que le Maroc a besoin de gens qui oeuvrent avec persévérance pour fournir un travail sérieux et de qualité.
Il a appelé les jeunes à prendre l’exemple des anciennes générations dans leur lutte et leur persévérance, soulignant que le pays ne se développe que grâce aux sacrifices de ses enfants lesquelles restent vivaces dans l’Histoire qui sait reconnaitre le travail sérieux et généreux.
De son côté, la ministre par intérim de la Communication, porte-parole du gouvernement, Bassima Hakkaoui, a relevé que le Grand Prix national de la Presse est une occasion annuelle d’exprimer la reconnaissance aux journalistes marocains pour leurs efforts individuels et collectifs.
Il est aussi un rendez-vous fixe pour les encourager à déployer davantage d’efforts pour promouvoir l’information professionnelle, sérieuse et responsable et pour rendre hommage à des figures des médias qui ont rendu des services louables à la profession et contribué d’une manière distinguée à la promotion de la pratique du journalisme et à l’attachement à ses valeurs nobles.
Ce Prix fait également office de plateforme de concurrence entre les hommes et les femmes pour un meilleur travail professionnel qui réunit les ingrédients de la qualité, la créativité et l’excellence, notant que l’actuelle édition confirme la présence soutenue de la gent féminine dans la course aux différentes catégories à hauteur de 35,2 % des candidatures.
Elle a indiqué que la mise en œuvre de l’approche genre, d’une manière positive et responsable, est une démarche irréversible qui avance à pas sûrs dans le secteur de l’information et de la communication au Maroc, en dépit des contraintes et des obstacles, dans un cadre de complémentarité, de collaboration et de symbiose entre les femmes et les hommes de ce secteur vital.
Pour sa part, la présidente du jury de cette édition, Maria Latifi, a appelé les établissements médiatiques à jouer leur rôle dans la proposition de produits médiatiques qui peuvent être candidats et à fournir les moyens techniques et logistiques à leurs équipes.
Elle a également recommandé d’oeuvrer pour la promotion de la formation et de la qualification des cadres médiatiques et d’engager la réflexion autour d’une nouvelle formule institutionnelle de ce Prix de sorte qu’il soit une institution à part entière ouverte sur des activités diversifiés, ainsi que l’appui à l’excellence médiatique.
Présidé par Maria Latifi, Directrice de la chaîne TV  »Arrabia », le jury était composé de Mmes Khadija Rachouk (SNRT), Lamiae Dakka (Agence Maghreb Arabe presse), et de MM. Abdellah Bekkali (Syndicat national de la presse marocaine), Mehtat Rekkas (Bayane Al Yaoum), Ibrahim El Gharbi (Medi1TV), Hassan Najibi (Photo News), Mohamed Lichir (2M), Abdellatif Bensfia (Institut supérieur de l’information et de la communication), Benacer Khiji (TV Amazigh) et Mae El-Aynayn Abdellah (Télévision régionale de Laâyoune).

l’article apparu sur Menara Maroc

original article sur Menara Maroc

Articles similaires