El Yazghi à Benkirane : « Osez la monarchie parlementaire… » – La Nouvelle Tribune

PARTAGER El Yazghi à Benkirane : « Osez la monarchie parlementaire… »
Les deux hommes, aux parcours politiques et idéologiques complètement différents et le plus souvent opposés, se sont trouvés en ce début de semaine chez les Istiqlaliens au sein de leur siège central à Rabat. Saâd Eddine El Othmani, Ismail Alaoui et autres dirigeants de la Balance ont été également de la partie.
Devant tout ce beau monde et dans un contexte où la composition du gouvernement Benkirane III continue de faire couler beaucoup d’encre, Mohamed El Yazghi n’a pas fait dans la dentelle en s’adressant à Abdelilalh Benkirane : « Je regrette que durant votre mandat, je ne vous aie jamais entendu évoquer la question de la monarchie parlementaire ». Et d’ajouter que « durant aussi votre mandat, la transition démocratique au Maroc a connu un recul inquiétant ».
Dans le même sens, El Yazghi estime qu’il est aujourd’hui plus que jamais important de se poser la question de savoir comment se déclinent les rapports entre les Marocains et la monarchie parlementaire.
En s’adressant aussi à Benkirane, El Yazghi a tenu à préciser qu’il est grand temps de prendre au sérieux cette question de la monarchie parlementaire pour une véritable construction démocratique du pays : « Le prochain gouvernement est appelé à faire entrer le Maroc dans la monarchie parlementaire conformément à la Constitution de 2011 ».
Sur un autre registre, El Yazghi a saisi l’occasion pour qualifier la décision royale de nommer Benkirane Chef du Gouvernement, suite à la victoire de son parti des législatives du 7 octobre dernier, de « sage ».
Apparemment, El Yazghi garde toujours en tête sa non-nomination en tant que Premier Ministre en 2002 malgré la victoire de l’USFP. Successeur d’Abderrahmane El Youssoufi à la tête de la Rose après la démission de ce dernier, Mohamed El Yazghi avait été déçu.
L’option royale pour un technocrate au nom de Driss Jettou n’a pas été du goût des Socialistes de l’USFP, et ce fut alors le début d’une chute libre pour un parti qui a toujours du mal à renaître de ses cendres…

POUR ALLER PLUS LOIN

l’article apparu sur LTN Maroc

original article sur LTN Maroc

Articles similaires