Pour lutter contre le piratage des emails, Trump préconise le courrier

Le soir du Nouvel An, Donald Trump a réitéré sa méfiance à l’égard de l’informatique, sur fond d’accusation de cyberattaques entre la Russie et les États-Unis.

Les ordinateurs n’inspirent pas confiance à Donald Trump. Interrogé par des journalistes le soir du Nouvel An, le nouveau Président des États-Unis a déclaré qu’aucun ordinateur n’était sécurisé. Au sujet des représailles annoncées le 29 décembre par Barack Obama en réponse aux cyberattaques russes, Donald Trump s’est montré très prudent, se gardant bien de révéler des «choses que les autres ne savent pas». De plus amples informations devraient être dévoilées mardi ou mercredi, rapporte le Washington Post. Marquée par de nombreuses cyberattaques, la campagne présidentielle américaine a notamment été déstablisée par la mise en ligne de courriels échangés au sein du Comité national démocrate. La Russie a été pointée du doigt dans le cadre de ces attaques. Donald Trump, lui, considère que la provenance d’un piratage est «quelque chose de très difficile à prouver». Donald Trump a profité de cette intervention pour délivrer un conseil aux personnes désireuses de protéger des informations sensibles. «Si vous avez quelque chose d’important à communiquer, préconisez une bonne vieille méthode: écrivez-le et faites-le livrer par courrier.» La solution, radicale, a été rapidement moquée sur les réseaux sociaux.

«Aucun ordinateur n’est sécurisé» Au sujet de la vulnérabilité des ordinateurs, Donald Trump n’a pas entièrement tort. Le site The Next Web rappelle qu’il est impossible d’en assurer la sécurité à 100%. «La proposition de Trump n’est pas idiote», estime Stéphane Bortzmeyer, libriste et ingénieur. «Préconiser le chiffrement des emails ne serait pas incongru mais ce n’est pas non plus une solution miracle. Il est de plus très compliqué de faire du chiffrement sans faille.» En prodiguant un tel conseil, l’ancien magnat de l’immobilier qui prendra ses fonctions à la tête des États-Unis le 20 janvier, reste fidèle à ses convictions. En 2013, il avait déclaré au New York Times recourir très rarement aux mails. Cela ne l’empêche pas d’utiliser largement Twitter, depuis un smartphone peu sécurisé. Fin novembre, plusieurs experts en sécurité s’étaient inquiétés de la vulnérabilité de cet appareil, comme le rapporte The Telegraph. Sa proposition s’inscrit dans la lignée d’autres solutions surprenantes, pour la plupart préconisées durant sa campagne. Contre la radicalisation terroriste en ligne, Donald Trump avait affirmé vouloir fermer «certaines parties d’Internet» et envisager de contacter des «gens qui comprennent vraiment ce qui se passe», dont Bill Gates, pour parvenir à réaliser cet objectif.

Lire aussi :

Par : Le Figaro pour H24info

l’article apparu sur H24info Maroc

original article sur H24info Maroc