Big Data en entreprise : La volonté existe, mais…

Malgré le grand intérêt des entreprises marocaines, 71% des personnes interrogées n’ont pas de projet en cours dans le domaine du Big Data.Une étude sur «La maturité du Big Data au Maroc» a été lancée avec un échantillon de 300 entreprises de tailles différentes, représentant plusieurs secteurs d’activité en marge du Salon international des technologies de l’information (MED-IT) qui a ouvert ses portes les 29 et 30 novembre au Palais des congrès de Skhirat. La première remarque est que malgré le grand intérêt des entreprises marocaines, 71% des personnes interrogées n’ont pas de projet en cours dans le domaine du Big Data tandis que la quasi-totalité n’envisage pas de lancer de projet avant 6 mois au mieux tout en précisant être en observation des tendances du marché et de la concurrence. Ce qui prouve que le passage des intentions aux actes semble prendre un peu plus de temps qu’anticipé initialement par manque de retour d’expériences. Mais les entreprises commencent à prendre conscience de l’importance du Big Data par rapport à l’aspect incontournable de l’exploitation de ce vaste gisement de données disponibles. 31,3% ont déjà mis en place le Big Data tandis que près de 20,9% des entreprises prévoient de lancer une initiative Big Data dans les 24 mois à venir. 23,9% de l’échantillon sont en train de mettre en place l’initiative. Le reste des entreprises interrogées, soit 23,9%, n’envisage pas de se lancer dans cette initiative. Des résultats qui restent relatifs car, bien que tous les secteurs d’activités n’y soient pas encore impliqués, ceux qui ont parié sur le Big Data l’ont fait sur des domaines pour lesquels il existe un retour d’expérience assez important au niveau mondial principalement chez les entreprises envisageant le lancement d’un projet. La répartition démontre que 46,3% des besoins exprimés sont au niveau de la gestion de la relations client, suivie de l’optimisation des opérations à hauteur de 25,5%. En dernière position se trouve l’anticipation du marché avec 6%. L’e-commerce semble être le grand absent de ces retours. La plupart du temps, ce secteur reste la particularité des start-up et autres structures de type «pure-players». Concernant les secteurs d’activités, c’est le secteur public qui arrive largement en tête avec un taux de 39% montrant ainsi l’exemple au reste des secteurs d’activités. Un peu moins de 12% concerne la banque et l’assurance et 7,5% le secteur de la distribution. La conclusion du MED-IT quant à cette enquête est que bien qu’il y ait encore beaucoup à faire à ce niveau, une réelle volonté a été constatée de la part des entreprises marocaines d’intégrer les nouvelles technologies dans leur panoplie des moyens à disposition des ambitions business.  Autre conclusion est qu’avec la maturité des technologies du Big Data et l’émergence de nouveaux acteurs du monde digital au niveau du Maroc, de nouveaux cas d’usage du Big Data commencent à voir le jour. Notamment avec le soutien actif du gouvernement du Maroc. Gageons que les divers salons de vulgarisation du domaine et de présentation des cas d’usages et autres retours d’expériences permettront d’accélérer le développement d’un secteur très prometteur en termes de valeur ajoutée et de développement économique.

l’article apparu sur Aujourd’hui Maroc

original article sur Aujourd’hui Maroc

Articles similaires