CICB : La directrice sur la sellette

Le syndicat national de l’éducation et de la culture affilié à l’UNTM et la directrice du Centre international de conférence de Bamako (CICB) sont à couteaux tirés. Pomme de discorde : « les exactions de la directrice du CICB » envers les travailleurs du CICB et les passations.
 A moins de cinq jours de la tenue du Sommet Afrique-France, le torchon brûle entre les travailleurs du CICB et leur directrice, Pierette Sidibé. A peine nommée, la nouvelle directrice du CICB est en train de montrer toutes les couleurs aux travailleurs du CICB. Madame la directrice semble oublier qu’elle est en mission de l’Etat en s’adonnant à des pratiques d’un autre âge.
Mme Sidibé au nom du Sommet Afrique-France a recruté des prestataires extérieurs et ignoré les agents du Palais. Selon nos investigations, Mme Sidibé a fait  passer de gré à gré des marchés de plusieurs centaines de millions F CFA à ses parents et amis au vu et au su de tous. C’est-à-dire sans appel d’offres.  Mme Sidibé qui ne cesse de dire qu’elle a été nommée par « la haut » et qu’elle elle est « rattachée par la haut » ne cesse de dire qu’elle « va licencier » ceux qui se mettront sur son chemin et « tout le gouvernement me donnera raison ».
Les actes et comportements de la directrice du CICB et le traitement infligé aux travailleurs par Mme Sidibé ont conduit les travailleurs à travers leur syndicat, à saisir le Snec qui, à son tour est sorti de sa réserve. Le secrétaire général du Snec non moins secrétaire général adjoint de l’UNTM, Maouloud Ben Kattra a, dans une correspondance adressée au président de la République et au Premier ministre, exprimé son désarroi et sa colère.
Maouloud Ben Kattra, dans une déclaration dont copie a été déposée à notre rédaction est sorti de sa réserve et a pris l’opinion nationale à témoin sur ce qu’il appelle «  l’exaction de la directrice du CICB » envers les travailleurs du CICB.
Pour le SG du Snec, « depuis un certain temps, le bureau exécutif du Snec et l’ensemble de ses militants constatent l’acharnement, la désobligeance, le mépris et surtout un comportement zélé d’une dame se croyant investie d’une mission hors pair envers nos militants du CICB ».
Ainsi, souligne M. Kattra, le Snec désapprouve l’attitude de la directrice du CICB et appelle ses militants à se mobiliser pour barrer la route à « cette impératrice du 3e millénaire ».
La question qu’on se pose au vu du contenu de la lettre du Snec, c’est de savoir si le CICB n’est pas rattaché à Koulouba au lieu du ministère de la Culture.
A suivre !
A.S.

l’article apparu sur Les echo Mali

original article sur Les echo Mali