Journée Mondiale du SIDA : « Levons la main pour la prévention du VIH » (…) – Gaboneco

La journée du 1er Décembre est consacrée à la sensibilisation sur le VIH, une pandémie qui ravage le monde. D’où la nécessité de lutter contre cette pathologie dévastatrice. Depuis sa découverte il y a 35 ans, l’épidémie du SIDA a infecté 78 millions de personnes et 35 millions sont décédées de maladies liées au SIDA. Dans son récent rapport, (Ndlr : lancé le 21 novembre 2016 à Windhoek, en Namibie, par le Président, HageGeingob et le Directeur exécutif d’ONUSIDA, Michel Sidibé), l’ONUSIDA invite à « Poursuivre sur la voie de l’accélération : L’approche fondée sur le cycle de la vie  ». Ce dernier montre que les pays sont sur le chemin du processus d’accélération avec un million de personnes supplémentaires ayant accès aux traitements en seulement six mois. Donc, jusqu’à juin dernier, environ 18,2 millions de personnes ont eu accès aux médicaments salvateurs, dont 910 000 enfants, doublant ainsi le chiffre établi cinq ans plus tôt. Selon le même rapport, si les efforts sont multipliés, le monde sera en voie d’atteindre l’objectif de 30 millions de personnes sous traitement d’ici 2020.Quid du Gabon ?

Au Gabon, les chiffres sont aussi impressionnants. Depuis le début de l’épidémie VIH au Gabon, 61800 personnes ont été infectées, et 36500 en sont décédés. En effet, il existe un engagement véritable au Gabon, afin de mettre fin à l’épidémie du VIH/SIDA en tant que menace de santé publique d’ici 2030. Pour mettre fin à l’épidémie, la riposte du SIDA doit être changée, transformée et accélérée, c’est le « fast track ». Il s’agira pour l’ONUSIDA d’accélérer la mise sur traitement antirétroviral des PVVIH.
Depuis 2012 et malgré la réduction de plus de 60% du budget, la couverture des PVVIH du traitement a doublé, la prise en charge pédiatrique a même triplé, les nouvelles infections ont été réduites de 30%, la couverture de la PTME est à 77% en 2015. Rappelons-le qu’en 2015, 58% de l’ensemble des personnes vivant avec le VIH avaient accès au traitement en 2015 au Gabon, contre 23% en 2010. De plus, plus de 27037 personnes bénéficient de la thérapie antirétrovirale, près du double du nombre en 2012, contre à peine une centaine de personnes en 2001.

Mais ce progrès est fragile, il y a des fréquentes ruptures de stock des médicaments et des intrants, des problèmes de gestion et de qualité des soins et peu d’investissement dans la prévention du VIH. Ce qui n’est pas toujours favorable à la santé des malades qui se trouve menacée. Une maladie pas comme les autres, le VIH n’a pas encore de traitement curatifs. Donc, il revient aux jeunes et aux moins jeunes de prendre connaissance des méfaits de cette maladie qui tue à travers le monde, et en Afrique en particulier. Cette journée dédiée au VIH est l’occasion pour l’ONUSIDA de sensibiliser et prévenir la maladie.

l’article apparu sur Gabon eco

original article sur Gabon Eco

Articles similaires