Education: Per Tore Teksum finance la réalisation de 9 complexes scolaires au Burkina

Par l’entremise de l’ONG Plan international Burkina Faso, le norvégien Per Tore Teksum a investi près de  680 000 000 de FCFA dans la construction de complexes scolaires au Burkina Faso, plus précisément dans la province du Bam.   Il a réalisé de 2007 à 2016  9 complexes scolaires. L’information a été donnée lors d’une conférence de presse ce vendredi 18 novembre 2016 à Ouagadougou.
 
De 2007 à 2016, Per Tore Teksum est à son 9ème  complexe scolaire dans la province du Bam, avec un total de 674 706 000 FCFA investis. Chaque complexe scolaire se compose de trois salles de classes équipées de panneaux scolaires, d’un magasin, et d’un bureau, de trois logements d’enseignants avec cuisines, douches, latrines, de deux blocs de trois latrines séparées filles/garçons munis de dispositif de lave-mains, d’un forage aux abords aménagés et d’une cuisine pour la cantine scolaire. Pendant cette année 2016- 2017, ce sont 1 686 enfants qui fréquentent les écoles financées par Per Tore Teksum dont 846 filles et 840 garçons.
«Donner aux enfants l’opportunité d’aller à l’école, même s’ils ne sont pas de la Norvège», c’est cet objectif que Per Tore Teksum s’est fixé afin de donner une chance à des milliers d’enfants de la province du Bam d’avoir l’accès à l’éducation.

Selon la représentante résidente de Plan Burkina, Fatoumata Haidara, il est très rare d’avoir un seul individu qui contribue à cette hauteur. «Nous voulons utiliser ce modèle pour pouvoir influencer d’autres donateurs».
Pourquoi le choix porté sur la province du Bam? Cela est dû à un faible taux de scolarisation constaté dans la zone, explique Mme Haidara. «Aussi, le donateur va dans des zones les plus reculées, là où le besoin se fait réellement sentir donc, aujourd’hui pour nous, c’est un exemple que nous voulons utiliser pour que d’autres personnes puissent venir au Burkina Faso et servir le pays, spécifiquement dans l’éducation», a souligné la représentante résidente.

Pour les cinq années à venir, Plan Burkina dispose d’une stratégie surtout pour aider les jeunes filles. «Nous sommes en train de chercher plus de fonds pour voir comment aider tous les enfants afin qu’ils puissent aller à l’école, mais spécifiquement aider les jeunes filles. Nous allons travailler à concrétiser cela en cherchant des donateurs et injecter le maximum d’argent dans l’éducation et à tous les niveaux».
 
De ce fait, la représentante résidente dit ne pas seulement se focaliser sur Per Tore, car, selon elle, Plan Burkina à d’autres donateurs. « Il y a deux semaines de cela, nous avons lancé un projet de 11 milliards de francs CFA et qui prendra en compte plusieurs zones du Burkina pour aider les enfants qui sont hors des classes à avoir accès aux salles de classes. Nous travaillons de façon très dure avec le gouvernement burkinabè et la Fondation Tore pour vraiment réaliser ce programme au bout des cinq prochaines années » a conclu Fatoumata Haidara.
Ylkohanno Somé

l’article apparu sur Fasozine

original article sur Fasozine