Mondial de Handball : La succession à la France est ouverte – Sports

C’est dans le magnifique écrin de l’Institut du monde arabe (IMA) à Paris que s’est tenue, mardi, la conférence de presse de présentation des 25es Championnats du monde de handball qui se dérouleront en France du 11 au 29 janvier 2017.

C’est Hassan Moustafa, président de l’International handball federation (IHF), qui a ouvert le bal en se félicitant d’être en France, pays qui «est le leader mondial» dans ce sport. Le message véhiculé par le dirigeant de l’instance faîtière du hand se voulait universel, puisque l’Egyptien a bien insisté pour expliquer que la petite balle ronde avait définitivement conquis le monde entier : «Le handball est plus qu’un sport européen.

Nous sommes fiers qu’il soit devenu mondial. On a plusieurs équipes très fortes qui viennent d’autres continents.» Un discours corroboré par Olivier Krumbholz, le directeur de la compétition, qui s’est réjoui de la «progression constante des pays non-européens et de la richesse exceptionnel de ce Championnat». En ayant été désignée en 2011 par l’IHF pays hôte pour 2017, la France abritera donc pour la troisième fois de son histoire une compétition déjà hébergée par le passé, en 1970 et en 2001. Il y a 16 ans,  les costauds avaient su gérer la pression à domicile en triomphant des Suédois.

L’avantage du terrain ainsi que l’expérience du très haut niveau — les Bleus ont participé aux quatre dernières finales et en ont remporté trois, dont celle de 2015 — plaident encore largement en faveur des camarades de Nikola Karabatic pour accrocher une sixième étoile à leurs maillots. Si le tenant du titre est logiquement attendu, notamment sur son match d’ouverture d’hier face au Brésil (champion panaméricain 2016), d’autres nations peuvent venir jouer les trouble-fêtes.

C’est le cas des grosses écuries européennes qui ont l’habitude d’atteindre le dernier carré et que Philippe Gardent, ambassadeur de la Coupe du monde, voit comme de sérieux concurrents pour les Français. «J’ai rarement vu une équipe de France aussi complète, mais il faudra se méfier de l’Espagne, du Danemark, de l’Allemagne, de la Suède et de la Croatie», prévient l’ex-Barjot. L’Afrique sera représentée par la Tunisie et l’Egypte, finalistes de la dernière CAN, et par l’Angola, qui a complété le podium en terminant troisième.

Ces pays essaieront de faire honneur au continent. Si les Tunisiens (groupe B avec l’Espagne, la Slovénie, l’Islande, la Macédoine et l’Angola) et les Egyptiens (groupe D avec le Qatar, le Danemark, la Suède, l’Argentine et le Bahrein) devraient normalement composter l’un des quatre tickets donnant accès aux 8es de finale, il sera difficile en revanche pour les Angolais de franchir le premier tour. Pour la suite du tournoi, cela risque de se corser dès les 8es pour les Aigles de Carthage qui pourraient croiser le fer avec la France ou la Norvège, et pour les Pharaons qui pourraient hériter de l’Allemagne ou de la Croatie.

l’article apparu sur alwatan dz

original article sur alwatan dz