Dans le faste à Bougie – Actualité

Comme à l’accoutumée, la wilaya de Béjaïa est au rendez-vous pour célébrer le Nouvel An berbère 2967. Comme l’année dernière, les autorités s’en sont mêlé  et le HCA a pris les choses en main.

L’institution dirigée par Si El Hachemi Assad a prévu plusieurs activités, en collaboration avec la direction de la culture et la radio locale. Le programme revêt un caractère national de par «l’organisation de deux caravanes qui arriveront aujourd’hui, à Béjaïa, en provenance des wilayas d’Illizi et de Mostaganem», indique Yacine Zidane, coordinateur du HCA à Béjaïa. «Cette activité, ajoute-t-il, constitue le prolongement du programme tracé par le HCA afin de célébrer Yennayer à travers 22 wilayas du pays.

Quelque 35 personnes originaires de ces deux régions prendront part à ces activités dans l’a capitale des Hammadites et donneront des spectacles de chant et de danse folkloriques.» Au programme aussi deux concours, l’un dédié aux plats traditionnels berbères, l’autre à la poésie. Sont prévues également des communications et des expositions autour de la thématique de Yennayer et une journée portes ouvertes sur le département de tamazight de l’université de Béjaïa à la maison de la culture Taos Amrouche.

Pour la clôture, un gala artistique au niveau de cette structure culturelle et un tournoi de football au stade scolaire sont programmés. En vertu d’un partenariat avec Radio Soummam, les activités et la cérémonie de remise des prix aux lauréats des deux concours seront relayés en continu.  Le HCA est aussi partenaire de l’association culturelle et artisanale Afniq, dans son programme de célébration qu’elle a organisé du 7 au 12 janvier à la Maison de la culture, en présence de deux associations de Tunisie et du Maroc.

Dans les villages et quartiers de la wilaya, l’ambiance est à la convivialité et à la résurgence des réflexes de solidarité et de partage propres à la fête de Yennayer. Le rituel de Timechret, une tradition berbère qui remonte loin dans l’histoire, est réactivé et en constitue le ferment. C’est le cas à Khellil, un quartier populeux de la commune de Barbacha, où on a vu les choses en grand : pas moins de 20 bœufs seront sacrifiés. Une initiative à laquelle ont participé tous les villageois, ceux d’ici et ceux de l’étranger, comme le veut la tradition.

Idem à Taklait, un quartier-village de la commune de Béjaia, où une timechret est organisée à chaque Nouvel An berbère. A Aokas, une association locale a prévu un riche programme, dont une compétition de tirs à la carabine, près d’une exposition, un dîner et une conférence. La même ambiance est enregistrée dans pratiquement toutes les communes de la wilaya, à l’instar du village Ath Saci, à Ighil Ali, où un riche programme de célébration est prévu.      

l’article apparu sur alwatan dz

original article sur alwatan dz